21‘000 nouvelles places de travail ICT depuis 2011

Help Wanted

Comme le montre une nouvelle étude de l’organisation professionnelle ICT-Formation professionnelle Suisse, le nombre de personnes employées dans le secteur des technologies de l’information et de la communication (ICT) a augmenté de 21’000 (12 pourcent en plus) depuis 2011 pour atteindre 197’600. Dans ce secteur, la croissance de l’emploi est quatre fois plus importante que la moyenne suisse ; le champ professionnel des ICT est ainsi devenu le sixième le plus important en Suisse. Malgré des efforts significatifs dans la formation et la formation continue, les besoins en augmentation rapide ne peuvent être couverts exclusivement par le personnel qualifié suisse. Davantage de mesures sont nécessaires à différents niveaux : les entreprises et l’administration doivent se focaliser sur la création de nouvelles places d’apprentissage, car c’est ainsi que la base se crée pour la formation de spécialistes qualifiés. Dans la fixation des contingents, le monde politique doit tenir compte de la forte dynamique de l’évolution de l’emploi et du manque reconnu de spécialistes ICT. A l’avenir également, il faudra pouvoir continuer à engager des spécialistes étrangers pour éviter la baisse de création de valeur ou la délocalisation des divisions ICT à l’étranger

Depuis 2010, l’organisation professionnelle ICT-Formation professionnelle Suisse étudie tous les deux ans l’évolution du nombre de spécialistes ICT d’après les types d’emplois, les branches concernées et les régions géographiques. En plus de résultats complets sur la situation actuelle des spécialistes ICT, une prévision du besoin en spécialistes est réalisée jusqu’à l’horizon 2022 – en prenant en compte des facteurs formation, migration, croissance économique et changements structurels. En outre, à l’aide de scénarios, une analyse détermine comment la mise en œuvre de l’initiative sur l’immigration massive pourrait influencer la situation à l’avenir pour les spécialistes ICT.

Croissance supérieure à la moyenne – d’ici à 2022, 87’000 spécialistes ICT supplémentaires sont nécessaires

Le champ professionnel ICT continuera à croître très rapidement et davantage que la moyenne ; depuis 1991déjà, la croissance y est quatre fois plus élevée que pour la moyenne de l’ensemble du marché du travail en Suisse. Par rapport à 2011, le nombre d’employés du secteur ICT a augmenté de 12 pourcent pour atteindre 197’600. Représentant deux tiers des nouveaux employés, le nombre de personnes ayant suivi auparavant une filière différente est ici toujours très élevé. Seul un tiers des employés du secteur ICT travaillent dans des entreprises fournissant des services ICT (le secteur ICT lui-même). Deux tiers sont employés dans des entreprises utilisatrices de services ICT ou dans l’administration publique.

D’ici à 2022, 87’000 nouveaux spécialistes devront être recrutés en raison des départs à la retraite, de la migration ainsi que de la croissance économique et des changements structurels. C’est dans le domaine du développement de software que l’on rencontre le besoin le plus important en spécialistes supplémentaires.

La formation professionnelle de base constitue le fondement pour davantage de personnel qualifié

Pour contrer le manque de spécialistes ICT à long terme, la formation d’un nombre plus élevé de spécialistes suisses reste la seule solution pertinente. La formation professionnelle de base constitue la clé pour augmenter le nombre de diplômés des formations professionnelles supérieures et des hautes écoles. Durant les dernières années, des efforts intenses ont été entrepris à ce propos et les mesures portent aujourd’hui leurs fruits : depuis 2009, le nombre de places pour la formation de base professionnelle a augmenté de 23 pourcent à 8’668 (plus 1’637). Malgré cela, la branche devra toujours pourvoir compter à l’avenir sur l’engagement de spécialistes étrangers.

Une limitation de l’immigration pourrait doubler le manque de spécialistes en Suisse

Avec environ 12 pourcent, l’immigration dans le champ professionnel ICT est aujourd’hui bien plus élevée que la moyenne générale suisse située à environ 7 pourcent. Grâce à cette immigration supérieure à la moyenne, le manque de spécialistes ICT d’ici à 2022 se situera vraisemblablement à 14’000 personnes. Selon la mise en
œuvre de l’initiative sur l’immigration massive, le nombre de spécialistes étrangers pourrait être restreint sur le marché du travail suisse. Par exemple, une limitation générale de l’immigration en Suisse à 40’000 personnes ferait plus que doubler le manque prévisionnel de spécialistes ICT qui atteindrait 30’000 personnes.

En raison du long cycle d’apprentissage, il sera impossible durant ces prochaines années de former suffisamment de spécialistes qualifiés pour couvrir les manques supplémentaires de spécialistes. La tendance à un niveau de formation toujours plus élevé se poursuivra si bien que la moitié de tous les spécialistes devront être titulaires d’un diplôme d’une haute école. Le champ professionnel ICT continuera ainsi à avoir besoin d’une immigration supérieure à la moyenne – surtout pour compenser le manque de spécialistes pour les diplômés des hautes écoles, les développeurs de software et les cadres.

Conséquences de la menace d’un manque de spécialistes ICT

Les limitations dans le domaine de l’immigration auront pour conséquence que l’économie et l’administration qui doivent pouvoir engager des spécialistes ICT devront s’en remettre à engager des personnes ayant suivi une formation tierce et donc insuffisamment qualifiés, délocaliser des tâches à l’étranger et renoncer à exploiter des opportunités de croissance. Ceci est absolument contraire aux intérêts de la Suisse.

L’étude et les informations supplémentaires sont publiées sur www.ictswitzerland.ch.

Laisser un commentaire

Votre adresse de messagerie ne sera pas publiée. Les champs obligatoires sont indiqués avec *